Plainte contre Chevron à la Cour pénale internationale pour les crimes commis en Équateur

23/10/2014

Une plainte a été déposée à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye contre le PDG de Chevron par les victimes des activités de cette société transnationale en Équateur. En 26 ans d’exploitation pétrolière en Amazonie équatorienne, Chevron (anciennement Texaco) a souillé plus de 450’000 hectares d’une des zones de la planète les plus riches en biodiversité, détruisant les conditions de vie et de subsistance de ses habitants. Après 21 ans de litige et malgré une condamnation de la justice équatorienne, l’impunité continue pour Chevron et les victimes de ses activités en Équateur attendent toujours justice et réparation.

Antichevron

La communication soumise à la CPI au nom des victimes soutient que les crimes commis par Chevron en Équateur constituent un “crime contre l’humanité” qui tombe sous la juridiction de la CPI. Il demande en particulier à la CPI d’enquêter sur la conduite du PDG de Chevron, et de tout autre cadre de l’entreprise, dans leur tentatives d’éviter l’application du jugement des tribunaux Équatoriens,

Le CETIM soutient l’organisation qui représente les victimes de Chevron en Équateur (l’Unión de Afectados por las Operaciones de la Petrolera Texaco Chevron en Ecuador – UDAPT) dans ses démarches pour obtenir l’intervention des mécanismes de protection des droits humains des Nations Unies. Nous nous réjouissons donc de cette nouvelle initiative prise par les victimes auprès de la CPI et espérons qu’elle contribuera à mettre finalement fin à l’impunité de Chevron pour les crimes commis en Équateur.

Lire l’intégralité du communiqué de presse de l’UDAPT ici

Lire la plainte déposée à la CPI ici (en anglais seulement)

Lire la déclaration écrite présentée par le CETIM au Conseil des droits de l’homme en juin 2014 concernant le cas Chevron en Équateur ici

Catégories Articles Cas Droits humains Sociétés transnationales
Étiquettes Chevron