Haïti

Les actions du CETIM en faveur du peuple haïtien

Situation en Haïti

CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME 55e session Le CETIM est préoccupé par la situation des droits humains en Haïti marquée par la proclamation de l’état d’urgence, par les violations systématiques des droits des communautés paysannes et par la violence des gangs armés – instrumentalisés par les pouvoirs en place afin de bloquer la contestation sociale. […]

Davantage d'informations

Situation des droits humains en Haïti

CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME 55e session Le pays est confronté à une structure sociale basée sur le pouvoir de « gangs » criminels. Depuis les années 1980, ces groupes armés sont instrumentalisés par les pouvoirs politiques. Lire la déclaration  

Davantage d'informations

Alerte droits humains: intervention militaire en Haïti

COMMUNIQUE DE PRESSE Genève, le 4 octobre 2023 – La Via Campesina et le CETIM expriment leurs préoccupations à propos de l’intervention étrangère en Haïti et demandent que les droits humains de la population soient protégés. Le 2 octobre 2023, le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé le déploiement d’une force de sécurité internationale […]

Davantage d'informations

Situation des droits humains en Haïti

De nos jours, Haïti est confronté à une structure sociale basée sur le pouvoir de « gangs » criminels (iii). Depuis les années 1980, ces groupes armés sont instrumentalisés par les pouvoirs politiques. Un phénomène qui prend de l’ampleur avec la présidence de Jovenel Moïse qui aurait opéré de concert avec des gangs pour se […]

Davantage d'informations

Haïti : occupation militaire, plusieurs siècles de pillage et de surexploitation et quelques semaines d’oboles humanitaires

Diverses agences onusiennes et organisations humanitaires internationales dénoncèrent le fait que le déploiement militaire états-unien avait entravé l’accès de l’aide sanitaire urgente au cours des tous premiers jours. Or, ce dont les haïtiens ont besoin c’est d’une aide humanitaire urgente face à la catastrophe naturelle qui a frappé leur pays. Par ailleurs, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et l’UNICEF soutiennent qu’en des circonstances pareilles à celles que traverse Haïti, il y a lieu de ne pas utiliser de façon indue et abusive le qualificatif d’orphelins, sinon d’enfants « non accompagnés » jusqu’à ce que l’on sache avec certitude le sort subi par leurs parents et leur famille proche. Ces agences insistent sur le fait qu’il ne faut pas les expatrier pour éviter qu’au traumatisme de la catastrophe s’ajoute pour eux celui d’une séparation brutale de leur milieu de vie habituel et une rupture de tous leurs liens familiaux. Les ONG signataires exhortent tous les États, en particulier les membres du Conseil de sécurité, à respecter la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale d’Haïti, à annuler sa dette extérieure vis-à-vis des créanciers bilatéraux et multilatéraux, et à stopper tout processus d’adoption d’enfants par les étrangers jusqu’à sa stabilisation interne.

Davantage d'informations
bursa evden eve nakliyat