Justice environnementale

Exploitation pétrolière, forestière, forages, déchets toxiques. L’irresponsabilité des multinationales détruit la planète et ses habitant.es.

Depuis plus de 50 ans, le CETIM dénonce les exactions commises à l’encontre de notre environnement.

Documents analytiques

Violations des droits humains et accès à la justice pour les victimes de Chevron en Équateur

En 26 ans d’exploitation pétrolière en Amazonie équatorienne, Chevron (anciennement Texaco) a souillé plus de 450’000 hectares d’une des zones de la planète les plus riches en biodiversité, détruisant les conditions de vie et de subsistance de ses habitants. Après 21 ans de litige et malgré une condamnation de la justice équatorienne, l’impunité continue pour Chevron et les victimes de ses activités en Équateur attendent toujours justice et réparation.

Davantage d'informations

Les transferts transfrontaliers de déchets toxiques et leur impact sur les droits humains

Accéder au cahier critique en PDF Présentation Suite aux scandales des années 1986-1987, relatifs aux déversements de déchets toxiques dans les pays africains et les conséquences dramatiques sur la santé et l’environnement des populations, les gouvernements africains, sous la bannière de l’Union africaine , condamnent unilatéralement ce commerce en le qualifiant de « crime contre l’Afrique […]

Davantage d'informations

Situation des autochtones au Mexique et critique du «Plan Puebla-Panama»

L’arrivée de Vicente Fox au pouvoir au Mexique en décembre 2000 n’a pas entraîné les changements tant attendus quant à la reconnaissance des droits et de la culture des peuples indigènes. Le bilan, après seize mois à la tête du pays, est très négatif puisque le Congrès a adopté, en avril 2001, une réforme qui renie totalement les droits des indigènes. Parallèlement au débat sur cette réforme, le Président mexicain, de concert avec les Présidents des Etats d’Amérique centrale, a mis en œuvre un vaste plan de développement (Plan Puebla-Panama) qui affectera durement les indigènes et leur milieu de vie.

Davantage d'informations

Violations des droits humains au Brésil

Le modèle économique adopté par le Brésil, totalement subordonné au capital financier international, accentue la pauvreté et la concentration des richesses. Dans le monde rural, l’application d’une véritable réforme agraire est la seule solution qui permettrait de remédier à la misère généralisée que vivent les paysans. Le programme mis en place à partir de 1997 sous l’intitulé de ” Cédule de la terre “, appuyé par la BM, ne résoudra pas ce problème. Il va même à l’encontre des intérêts des petits paysans en violant impunément leurs droits et en ne répondant pas aux problématiques locales (présentation du cas de l’Etat du Paraná). Présentation de la pétition internationale ” La terre est beaucoup plus qu’une marchandise ” qui dénonce la stagnation du processus de réforme agraire dans le monde, tout comme la nature des procédures engagées dans la majorité des pays du Sud où ce processus est officiellement mis en œuvre.

Davantage d'informations
1 2