Symposium 2010: A qui appartiennent les richesses naturelles ?

22/11/2010

Maison des associations, Genève, 5 et 6 novembre 2010

PRÉSENTATION

La société de consommation occidentale (et celles des pays dit émergents qui l’imitent) s’est construite sur un modèle extrêmement gourmand en matières énergétiques. Avec l’annonce de la fi n de la civilisation pétrolière (réelle ou supposée), la recherche de nouvelles sources d’énergie se fait plus pressante, accroissant les tensions (inter- et intra-étatiques) et les tentations d’intervention extérieure ou d’ingérence.
La peur de la pénurie est telle que certains en viennent à demander que toutes les ressources naturelles soient considérées comme des biens communs. Intention humaniste ou cachant une volonté d’appropriation, il est temps de se demander à qui appartiennent vraiment les richesses naturelles, énergétiques ou non. A un Etat, un groupe d’individus, un peuple, une « ethnie », une société transnationale, l’humanité ? Cet événement n’a pas pour but de trancher cette problématique mais de poser un ensemble de questions permettant de pouvoir aiguiser les réfl exions sur ces enjeux actuels :

-> Qu’est-ce que signifi e et implique la souveraineté nationale sur les ressources naturelles ? Quelles sont les conditions pour qu’elle se réalise ? Constitue-t-elle un rempart suffi sant contre les rapports de force actuels ?

-> Comment la souveraineté d’un Etat peut-elle s’articuler avec les revendications diverses et variées des peuples qui le composent ? Quelles leçons tirer de l’expérience bolivienne, irakienne, etc. ?

-> Comment instaurer un véritable débat démocratique sur l’exploitation ou non des ressources naturelles, ou encore sur les façons de les exploiter ?

-> Compte tenu des défis écologiques, qui devrait décider d’exploiter ou de ne pas exploiter telle ou telle richesse et comment ? Quel partage équitable ?

-> Traduire les ressources naturelles en biens communs permet-il de les sauvegarder ? Ou ce concept séduisant n’est-il pas également une tentative d’accaparement des biens par les pays riches – dépendants de ces ressources – en réaction aux revendications de souveraineté nationale sur les richesses naturelles des pays du Sud ?

Lieu : Maison des Associations | Rue des Savoises 15 | Genève
Accès depuis l’aéroport : Bus 10, arrêt Cirque
Accès depuis la Gare Cornavin: Tram 13,14 ou 15 ou Bus 1 ou 10,
arrêt Cirque
Imprimer le dépliant-programme
S’inscrire au Symposium du CETIM (par email)

PROGRAMME DU SYMPOSIUM
VENDREDI 5 novembre 2010

SOIRÉE D’OUVERTURE

LE PÉTROLE EST-IL UN BIEN COMMUN ?

20H00 – 22H30

Cette conférence d’introduction vise à exposer de façon assez large la géopolitique actuelle des ressources naturelles, dont celle du pétrole, et les principales tensions que l’on peut dégager. Les principes et fondements juridiques et politiques de la souveraineté nationale sur les richesses naturelles et les concepts de biens communs, biens publics seront ensuite présentés. L’idée de cette conférence est de confronter ces notions et d’en dessiner leurs portées et limites.

Intervenant-e-s :
Géopolitique des ressources naturelles
Barah Mikaïl (Institut des relations internationales et stratégiques, IRIS, Paris)
Les fondements juridiques et le principe politique de la souveraineté nationale
Alejandro Teitelbaum (juriste et avocat)
Le pétrole est-il un bien commun ?
Geneviève Azam (économiste et membre du CS d’ATTAC France)

SAMEDI 6 novembre 2010

CONFÉRENCE D’OUVERTURE

LA SOUVERAINETÉ NATIONALE SUR LES RESSOURCES NATURELLES, PRINCIPES ET RÉALITÉ

10H00 – 13H00

Suite aux principes débattus la veille, cette conférence vise à présenter quelques cas pratiques : celui de la Rép. démocratique du Congo, de la Bolivie et de l’Irak. Quels bilans et quelles leçons tirer de ces expériences ?

Intervenant-e-s :
L’exploitation des richesses naturelles en République démocratique du Congo
Véronique Rigot (CNCD, campagne “Une seule planète”)
L’expérience de nationalisation en Bolivie : avancées, enjeux et leçons ?
Hervé do Alto (sociologue spécialiste de la Bolivie)
L’expérience irakienne dans le contexte de l’occupation étatsunienne?
Francis Perrin (Directeur de la revue Pétrole et Gaz Arabes)

ATELIERS À CHOIX

14h30 – 16H00

Atelier 1 : la signification du droit à l’autodétermination et son lien avec la souveraineté permanente sur les ressources naturelles. Melik Özden (CETIM)
Atelier 2 : la multiplication des recours à des tribunaux d’arbitrage par les sociétés transnationales pour contrôler les richesses naturelles. Renaud Vivien (juriste, CADTM)
Atelier 3 : les droits des peuples autochtones sur les ressources naturelles : exemples de résolution des confl its intra nationaux. Carmen Mejía (Guatemala)
Atelier 4 : quelles utilisations optimales de la rente ? Cas de la Norvège, de l’Algérie et du Venezuela. Jacques Cossart (économiste, ATTAC France)

 

CONFÉRENCE

L’INITIATIVE YASUNI ET LA DÉCISION SOUVERAINE DE
NON EXPLOITATION DU PÉTROLE

16h30 – 19H00

En Equateur, l’Etat s’est engagé à ne pas exploiter le pétrole des soussols du parc naturel Yasuní afi n de protéger la biodiversité de la zone et les peuples autochtones qui y vivent, moyennant une compensation financière correspondant à la valeur escomptée de cette même ressource.

Une initiative sans précédent, voire un compromis historique, qui suscite beaucoup d’intérêt mais aussi nombre d’interrogations. Cette initiative est-elle viable sur le long terme ? Va-t-elle aussi favoriser une culture de la rente ? Cette initiative est-elle reproductible ailleurs ?

Intervenant-e-s :
Alexandra Almeida (Accion Ecológica, Equateur)    [traduction assurée]
Matthieu Le Quang (Chercheur associé au FLASCO-Equateur)

SOIRÉE CULTURELLE

21h

Projection du documentaire : « Lakota land, Terre de survie », réalisé par Sophie Gergaud et Edith Patrouilleau et suivi d’un débat avec Sophie Gergaud
Résumé du film : Aux Etats-Unis, après plus d’un siècle de politique fédérale visant à déposséder les Amérindiens de leur territoire, les Lakota décident de mettre le passé douloureux de la colonisation de côté et de regarder de manière constructive vers l’avenir. Un vaste mouvement de récupération des terres se met en place. Et des projets économiquement viables, respectueux de l’écologie et de leur culture, luttant contre la pauvreté et le désoeuvrement, peuvent enfin voir le jour.Blog des réalisatrices    INFORMATIONS PRATIQUES
Participation : 30 CHF (20 Euros) et 20.- pour les étudiant-e-s, chômeurs-ses, retraité-e-s.Un buffet équitable et solidaire sera proposé le samedi soir à la Maison des associations pour 25 CHF ou 20 Euros (boissons non comprises).

Dernière mise à jour du programme : 26 octobre 2010

Avec le soutien de la Ville de Genève via
la Fédération genevoise de coopération (FGC).

Catégories Conférences
Étiquettes