Lutte contre le racisme et la discrimination

11/11/1996
Commission des droits de l'homme

Intervention au point 12 : mise en oeuvre du programme d'action contre le racisme. Déclaration orale.



Accéder à la déclaration en PDF

La lutte contre le racisme et contre toutes les formes contemporaines de discrimination est avant tout pour le CETIM une lutte contre le maldéveloppement entre les pays du Nord et du Sud, une lutte contre les sociétés à plusieurs vitesses qui s’installent dans la plupart des pays et une lutte partout dans le monde pour une plus grande égalité des droits. Le racisme et la xénophobie se nourrissent d’inégalités, ils s’enracinent le plus souvent dans le discours des Etats ou de certains partis politiques qui légifèrent l’inégalité ou prônent la haine comme programme politique. Derrière l’acte xénophobe ou raciste, se trouve presque toujours une première discrimination soit économique, soit politique.

Pour vaincre l’Apartheid, nous avons assisté à la détermination de nombreux Etats qui ont fini par marginaliser le gouvernement raciste d’Afrique du Sud tant qu’il ne renonçait pas à cette forme odieuse de discrimination. Les ONG, qui ont parfois été combattues par certains Etats également, ont pris largement part à toutes les campagnes qui se sont menées pour la chute de l’Apartheid. On voit dans cet exemple l’importance d’avoir des complémentarités fortes entre ONG et Etats sur certaines questions. Encore faut-il nous en donner le temps! Les séquelles de la politique d’Apartheid sont pourtant encore loin d’être effacées. Nous avons connaissance de la rébellion de certains blancs qui n’acceptent toujours pas l’égalité entre les deux populations. Lors de la sous-commission, nous sommes intervenus plus spécialement sur la question raciale aux Etats-Unis qui est également fort préoccupante et sur le nouvel Apartheid qui s’installe dans plusieurs mégapoles et qui augmente vertigineusement.

Dans son rapport E/CN.4/1996/72 sur les formes contemporaines de racisme, Monsieur Maurice Glèle-Ahanhanzo, le rapporteur spécial, donne un bon panorama des problématiques actuelles. Il a déjà mis le doigt sur plusieurs situations conflictuelles dans les Etats qu’il a visités. Nous aurions tendance à dire que sur de nombreux points il décrit des problématiques connues très largement et surtout des situations bel et bien créées par des décisions politiques prises par les Etats eux-mêmes. Prenons par exemple toutes les questions fort sensibles qui touchent à l’immigration et au droit d’asile. De nombreux Etats européens abandonnent toute éthique pour fermer leurs frontières, pour renvoyer le plus grand nombre de requérants d’asile et de migrants. Simultanément, on parle de libre circulation des personnes. De quelles personnes s’agit-il ? Nous avons l’impression de jouer au grand cercle de l’exclusion. Une ouverture se crée pour mieux décider d’une nouvelle forteresse. Et ce sont bien évidemment les plus vulnérables qui continuent d’être victimes des décisions étatiques et du racisme. Il faut dire que la légitimation de cette politique d’exclusion passe souvent pas le dénigrement des populations concernées: pensons à la question kurde en Allemagne, aux mesures de contraintes en Suisse, à la loi Pasqua en France. Ce n’est pas par hasard si ce sont les populations concernées par ces mesures qui sont les plus souvent victimes d’actes racistes. Par leurs actes législatifs, les gouvernements montrent du doigt certaines communautés à la population nationale qui intériorise leur dévalorisation. Certains groupes se saisissent du message gouvernemental discriminatif pour actualiser leur racisme.

Quel Etat avouerait que sa politique actuelle porte les germes de la discrimination, que les décisions qu’il prend vont ouvrir la porte à la xénophobie et au racisme, que les lois qu’ils promulguent sur l’immigration ou le droit d’asile sont de nature à stigmatiser certaines populations? C’est pourtant la réalité actuelle. C’est pourtant d’abord dans cette direction qu’il faut trouver les racines discriminatives. Cette constatation nous amène à appeler les Etats à renoncer aux législations créatrices d’inégalités, aux discours protectionnistes contre des populations vulnérables. Les partis politiques, les syndicats, les associations diverses qui elles se battent pour l’élargissement des droits et pour la création de nouvelles citoyennetés se trouvent au coeur de la prévention du racisme.

Le racisme est d’abord une construction affective et intellectuelle, une architecture qui prend comme matériau de construction le mal vivre, la frustration, des vieux conflits entre communautés, etc. Le racisme a besoin de mettre en concurrence, sur le plan économique surtout, mais également sur le plan social, culturel et politique certaines communautés qui vont apprendre à se haïr pour les besoin d’autres groupes. Le racisme, toujours latent, se déclenche par la manipulation de la hiérarchisation des groupes humains, soit selon la couleur de la peau, soit selon le passeport, soit selon le groupe linguistique ou ethnique par exemple. Il est légitime de se demander qui est le manipulateur et les raisons qui le poussent à déclencher ce jeu de la mort. Une fois qu’elle est lancée, la pensée raciste, la machine raciste n’étant pas rationnelle est très difficile à arrêter. Les exemples tout récents de purification ethnique et de génocide se construisent sur les mêmes fondements. Nous devrions tous nous en souvenir.


Catégories Déclarations Droits économiques, sociaux et culturels Droits humains
Étiquettes