Corée du Sud, 1997-99 : une crise monétaire importée ruine 50 ans de développement assidu

04/05/2022

Extraits du chapitre VII « L’Asie en quête d’un avenir meilleur pour elle (et pour le monde) » du livre « La monnaie : Du pouvoir de la finance à la souveraineté des peuples » de Rémy Herrera.

Introduction : la crise « asiatique » de 1997-98 a été en majeure partie importée des États-Unis. Dans le chapitre de son livre consacré à l’Asie, Rémy Herrera explique qu’elle fut « avant tout une crise de changes », éclatée à Baugkok en juillet 1997, qui gagna rapidement plusieurs pays alentour ‒ dont la Corée du Sud pourtant citée souvent comme un modèle de développement par la voie capitaliste.

La Corée du Sud ou l’acharnement néolibéral (pp. 211 et s.)

(…) Face au dollar, la valeur du won a été divisée par deux au cours du seul mois de novembre 1997. La crise des changes, qui dégénéra vite en crise de liquidité, puis de solvabilité, devint la plus profonde qu’ait subie la Corée du Sud depuis sa formation à la fin de la guerre de 1950-1953. Le pays en sortit transformé. À la mi-1999, lorsque se dessina une reprise, la structure de la propriété de ses industries – que la nation avait mis près d’un demi-siècle à bâtir – était pénétrée par les oligopoles financiers occidentaux et leurs transnationales ; la société était meurtrie par de nouveaux désordres ; le pacte d’union nationale parut même remis en question. (…)

Avant la crise de 1997, la Corée du Sud était de tous les pays de l’OCDE celui qui connaissait le plus fort taux de croissance du PIB en termes réels (+8,7 % en moyenne de 1985 à 1995) et le plus faible chômage (2,0 % de la population active en 1996). Le recul du PIB per capita, passant de 10 550 à 7 970 dollars entre 1997 et 1998 en parité de pouvoir d’achat*, fit dégringoler le pays du 24e au 55e rang mondial. Le taux de chômage quadrupla entre fin 1997 et début 1999 pour dépasser à cette dernière date 9,0 % de la population active. Les plus frappés ont été les jeunes, les non qualifiés, les intérimaires, les femmes et les plus âgés. Les contrats de travail se sont précarisés, nombre de travailleurs évoluant d’emplois à haut salaire et durée indéterminée à des postes à plus bas salaire et durée déterminée. Beaucoup glissèrent vers le travail informel, agricole ou intra-familial, gonflant le sous-emploi. La contraction des rémunérations réelles fut de -12,5 % entre la mi-1997 et la fin 1998. La part des salaires dans le revenu national diminua de 55,0 à 50,8 % entre 1997 et 1998, tandis que celle des profits bondit. (…)

Rémy Herrera, La Monnaie : du pouvoir de la finance à la souveraineté des peuples, PubliCetim nos 43-44, éd. du CETIM, Genève, 2022, 384 p. ISBN : 978-2-88053-142-3.

Note : dans le livre, les * renvoient à un important glossaire de près de 300 entrées.

Catégories Articles La Monnaie Publications
Étiquettes