Communiqué de Presse : Rassemblement dénonçant l’atteinte aux droits fondamentaux des Sioux du Dakota et au climat, par l’administration Trump et son complice le Crédit Suisse

02/03/2017

Mercredi le 1er mars 2017

Communiqué de Presse

Rassemblement dénonçant l’atteinte aux droits fondamentaux des Sioux du Dakota et au climat, par l’administration Trump et son complice le Crédit Suisse

Le Crédit Suisse finance le Dakota Access Pipeline (DAPL) à hauteur d’1,4 milliards de dollars ; ce qui fait de lui le premier contributeur financier de ce projet ravageur poussé par l’administration Trump. De nombreux.euses citoyen.ne.s et organisations exigent qu’il cesse immédiatement. Ils et elles appellent à un rassemblement citoyen devant ses locaux Place Bel-Air le jeudi 2 mars 2017 à 12h15.

La dignité d’un peuple autochtone face aux commandos et aux blindés

Le 23 février dernier, l’armée et la police étatsuniennes ont expulsé les dernier.ère.s défenseur.e.s de Standing Rock, parmi la communauté des Sioux Lakota et leurs allié.e.s. Ceux-ci tentaient depuis un an, de faire barrage à la construction du Dakota Access Pipeline en passe de traverser des terres sacrées et le fleuve Missouri. Le projet viole les droits élémentaires de ce peuple autochtone, met en danger leur principale source d’approvisionnement en eau et celle de millions de personnes en aval, tout en reniant les engagements des États-Unis dans la lutte contre le changement climatique.

Face au courage des Sioux du Dakota, à la vague de soutien qu’elle avait provoqué et la pression populaire, l’administration Obama avait suspendu le projet. L’administration Trump est fortement liée aux acteurs dominants du pétrole, du charbon et du gaz, à un niveau jamais atteint jusqu’à présent. Dès son arrivée au pouvoir, elle s’est empressée de réenclencher la construction du DAPL tout en expulsant les défenseur.e.s et en démantelant leur camp.

La réaction des Lakota a été exemplaire. Lourdement affecté.e.s mais non-violent.e.s et dignes, ils et elles ont porté l’affaire en justice et estiment que l’expulsion transportera les graines de la résistance sur des milliers de kilomètres (1). C’est dans ce sens que s’effectue le rassemblement solidaire du jeudi 2 mars.

Le Crédit Suisse à l’heure des doubles discours et des “faits alternatifs”

La banque a affirmé ne pas avoir participé au financement du Pipeline (2). L’enquête menée par Greenpeace Suisse prouve le contraire (3). Parmi les 17 autres institutions financières (4) intervenants dans le projet, le Crédit Suisse en est le principal soutien.

Ce faisant, il foule au pied ses propres “lignes directrices pour la soutenabilité” dont l’application vise à faire de lui une “entreprise exemplaire” en matière de développement durable (5). Cet exemple montre que malgré ses prétentions, la finance suisse s’obstine à manquer le tournant de la probité et de la transition énergétique. Une double sortie de route pour un secteur dont les pratiques affectent une fois de plus l’image de la confédération helvétique.

Crise climatique et monde d’hier

La communauté scientifique internationale signale que les bouleversements en cours ont été largement sous-évalués. La fonte des grands glaciers alpins s’est accélérée depuis dix ans passant de 1 à 3 mètres par an (6). Il est très probable que d’ici une trentaine d’années, les réserves en eau du Rhône s’amenuisent nettement. Dans le même temps l’Organisation Internationale pour les Migrations annonce que selon les estimations actuelles, entre 25 millions et un milliard d’individus devraient migrer pour fuir les changements climatiques d’ici 2050 (7).

196 États ont signés en décembre 2015 l’accord de Paris sur le changement climatique en fixant à 2 degrés d’augmentation des températures moyennes à l’horizon 2100, la limite à ne pas dépasser pour ne pas franchir les seuils d’irréversibilité et d’emballement. La lucidité de l’accord ne s’accompagne pourtant d’aucune contrainte tangible.

Or nous savons qu’afin de ne pas dépasser les 2 degrés, il ne faut pas émettre l’équivalent des émissions dues à la combustion des deux tiers des réserves d’énergies fossiles connues (8). Ces réserves correspondent pourtant aux habitudes du “monde d’hier” – héritées de la révolution industrielle des XIX et XX siècles – et représentent encore des volumes financiers considérables pour ceux et celles qui entendent tout faire pour pouvoir les exploiter.

Agir à Genève et ailleurs pour défendre les droits fondamentaux bafoués et surmonter le péril climatique

C’est donc en grande partie au tissu social & économique, et plus directement aux citoyen.e.s du monde entier de s’organiser pour en assurer l’effectivité. Il est indispensable de désinvestir les sommes colossales dont bénéficient encore les fossiles et d’enclencher une transition énergétique beaucoup plus rapide qu’elle ne l’est actuellement. Aujourd’hui, les 25 plus grandes institutions financières, dont fait partie le Crédit Suisse, investissent 9 fois plus les énergies sales que la sobriété et les énergies renouvelables (9).

Or la transition énergétique est fortement pourvoyeuse d’emplois non délocalisables. La recherche et développement en matière de renouvelables, le développement partout des “circuits courts” ou le secteur de la rénovation thermique des bâtiments manquent des leviers de financements, que de trop nombreuses banques helvétiques préfèrent apporter aux énergies sales. C’est contre le climat, les droits des peuples autochtones et l’intérêt national helvétique que travaillent, à Standing Rock, l’administration présidentielle étasunienne et le Crédit Suisse.

Nous réitérons notre soutien solidaire à la lutte non-violente exemplaire des Sioux du Dakota et de leurs allié.e.s. et nous nous joignons à leur nouvel appel au désinvestissement Divest & Invest (10).

Nous manifestons pour l’arrêt de ce projet scandaleux, et pour exiger du Crédit Suisse et des autres banques un transfert massif de leurs investissements des énergies fossiles vers les énergies renouvelables. Nous appelons tous leurs client.e.s, particuliers comme institutionnels (fonds de pension, etc.), à faire de même, et si nécessaire à transférer leurs fonds ailleurs.

Nous exigeons que les investissements du Crédit Suisse respectent le droit des peuples autochtones au consentement libre, préalable et informé relatif à tout projet sur leurs territoires.

Solidairement,

Alternatiba Rhône + Léman, Collectif BreakFree, CADTM, Coordination Climat Justice Sociale, solidaritéS, solidaritéS Jeunes, ATTAC-GE, L’autre Syndicat, UNIA- GE, CGAS, Collectif contre la spéculation sur les matières premières, CETIM & Parti Socialiste Genevois

Contacts

Olivier de Marcellus

0793427025

elviejo@riseup.net

Thibault Schneeberger

0797814236

thibault.schnee@gmail.com

Guillaume Durin

0033 664948443

guillaume_durin@hotmail.com

Notes

1 https://theintercept.com/2017/02/25/video-a-closing-prayer-for-standing-rocks-oceti-sakowin/

2 https://www.rts.ch/info/economie/8411446-credit-suisse-financerait-indirectement-l-oleoduc-controverse-aux-etats-unis.html

3 http://www.greenpeace.org/switzerland/fr/publications/blog/climat/blog/58807/

4 http://www.yesmagazine.org/people-power/how-to-contact-the-17-banks-funding-the-dakota-access-pipeline-20160929

5 https://www.credit-suisse.com/media/assets/corporate/docs/about-us/investor-relations/financial-disclosures/financial-reports/sustainability-statement-en.pdf

https://www.credit-suisse.com/it/it/about-us/media/news/articles/media-releases/2002/05/fr/21842.html

6 http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/2016GL072094/full

7 http://publications.iom.int/system/files/pdf/mrs-31_fr.pdf

8 http://www.nature.com/nature/journal/v517/n7533/full/nature14016.html

9http://www.banktrack.org/show/news/new_report_fossil_fuels_receiving_over_9_times_more_finance_than_renewable_energy_from_world_s_top_banks

10 http://us14.campaign-archive1.com/?u=84e931152b52fd490e1f3edcc&id=947ace6bda&e=3e113161c1

Catégories Communiqués de presse
Étiquettes