Le CETIM relais des mouvements sociaux du Sud

21/09/2016

Au cours de la 31e session du Conseil des droits de l’homme (CoDH), le CETIM est intervenu sur des sujets en lien avec son travail historique de plaidoyer et de relais des mouvements sociaux du Sud.

Lors de la session du CoDH qui a eu lieu de février à mars 2016, le CETIM a condamné les répressions anti-syndicales en Colombie. Le Sindicato de Trabajadores del Sistema Agroalimentario de Colombia (SINALTRAINAL), partenaire de longue date du CETIM, est particulièrement touché par cette situation. Force est de constater que les violations des droits humains commises par les multinationales du secteur restent la plupart du temps impunies.

Le CETIM a dénoncé la situation relative aux droits humains en Turquie. La militarisation croissante et la répression politique des voix dissidentes sont à l’origine de nombreuses violations des droits humains. La nécessité d’établir une Commission d’enquête internationale pour faire la lumière sur lesdites violations et rendre justice a été relevée.

Le CETIM a également dénoncé la détention arbitraire de Julian Assange (fondateur de Wikileaks). Il a demandé au CoDH de garantir l’autorité du Groupe de travail sur la détention arbitraire, dont les activités sont attaquées par la Suède et le Royaume-Uni.

Puis le CETIM s’est prononcé sur l’Examen périodique universel de l’Australie afin que ce pays surveille les activités de ses multinationales, conformément à ses obligations extra-territoriales.

Finalement, le CETIM est intervenu pour alerter sur le climat de violence qui règne à Madagascar. Les populations habitant dans les zones riches en ressources naturelles sont soumises à des arrestations arbitraires, des violences et des déplacements forcés. Le CETIM a sollicité le Rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires pour examiner de près la situation.

Conférence « Comment tenir les multinationales responsables pour les violations des droits humains ? »

En marge du CoDH, le CETIM a co-organisé une conférence qui a débattu des éléments clés et des défis inhérents à l’adoption de normes contraignantes pour les multinationales. Jean Ziegler (membre du Comité Consultatif du CoDH), Alfred De Zayas (Expert Indépendant pour la promotion d’un ordre international démocratique), H. E. Maria Fernanda Espinosa (Ambassadrice de la mission de l’Équateur auprès des Nations Unies), Alberto Villarreal (FOEI) et Melik Özden (CETIM) y ont participé.

Catégories Articles Campagnes Droits économiques, sociaux et culturels Droits humains Sociétés transnationales
Étiquettes