Droits économiques, sociaux et culturels

Le CETIM se concentre sur la promotion et la mise en œuvre des droits économiques, sociaux et culturels (DESC), notamment dans la perspective des populations les plus vulnérables et marginalisées. Ces droits constituent l’épine dorsale des droits humains ainsi qu’un outil puissant pour tendre vers un modèle de développement autodéterminé des peuples. Mis en œuvres comme il se doit, ces droits contribuent au respect de la dignité de la personne et à la réalisation de la justice sociale. Mais, au contraire, la violation d’un seul d’entre eux peut remettre en cause la jouissance de tous les autres.

L’universalité, l’indivisibilité et l’interdépendance des droits humains sont consacrées dans les instruments internationaux. Pourtant, nous sommes encore loin de leur mise en œuvre effective pour tous·tes et les droits économiques, sociaux et culturels sont parmi les plus mal lotis. En effet, les besoins essentiels (alimentation, eau, santé, logement, éducation) d’un tiers de l’humanité ne sont toujours pas remplis à ce jour. Dans le cadre de la globalisation néolibérale et de la crise multidimensionnelle du système économique dominant, la situation s’est même encore détériorée. Ceci est dû au fait que les politiques adoptées au niveau économique accentuent les violations des DESC et causent:

– l’augmentation de la pauvreté

– la croissance des inégalités partout dans le monde

– des crises multiples (politiques, économiques, financières, environnementales, sociales et culturelles).

Par définition, les droits humains sont conçus pour protéger les citoyen·nes face à l’arbitraire
des plus forts et de leurs gouvernements.

La crise sanitaire internationale liée au COVID-19 n’a fait qu’aggraver cette situation. Elle a aussi montré l’importance de mettre en œuvre des politiques publiques axées sur les DESC. En particulier sur le droit à la santé, le droit au logement, le droit à l’alimentation, le droit à l’eau, le droit au travail, le droit à l’éducation ou le droit à la sécurité sociale.

Mais, pour un meilleur respect des droits humains, il faut les connaître, il faut les revendiquer et il faut exiger leur mise en œuvre. Or, les victimes ignorent bien souvent leurs droits et les mécanismes de recours (aux niveaux national, régional ou international). Les États, qui ont l’obligation d’informer et de former leurs citoyen·nes aux droits humains, manquent souvent à leurs devoirs.

Le rôle joué par les organisations de la société civile et les mouvements sociaux dans l’éducation et la formation aux droits humains est donc crucial pour:

  • dénoncer leurs violations
  • contribuer à la mise en œuvre des normes existantes.

 

Commander le livre “Les DESC: un levier juridique dans la lutte pour la justice sociale”

 

Dette du Tiers monde

La dette du tiers monde pourrait être éliminée (nos propositions), c’est une question de volonté politique. Or, les pratiques du FMI ont pour effet de la perpétuer et de la transformer en instrument de domination et de restriction de la souveraineté des Etats du Sud ; elle entraîne en outre de graves violations des droits de l’homme en contradiction avec les objectifs déclarés de la déclaration de Copenhague.

Davantage d'informations

Travail des enfants et esclavagisme

Les enfants au travail se comptent par millions. Les formes de ce phénomène sont multiples et rendent la situation complexe. L’impact des politiques du FMI et de la Banque Mondiale sur le travail des enfants est important, car les familles n’ont plus d’autres choix pour assurer leur survie. Le CETIM demande que soit assuré de meilleures conditions de travail pour ces enfants, qu’ils puissent jouir de formations professionnelles, d’un encadrement et de l’éducation.

Davantage d'informations

Esclavagisme dans les ambassades à Genève

Il s’agit d’une dénonciation, sur la base d’un témoignage parmi d’autres, des formes d’esclavage auxquelles sont soumis certains travailleurs employés par des ambassades et des fonctionnaires internationaux installés à Genève. 7 critères permettent de cerner ces cas. Il est important de considérer ces enfants comme des victimes; l’impunité ne doit pas protéger leur employeur quel qu’il soit.

Davantage d'informations

La question de la libre circulation des personnes

Les Etats encouragent d’un côté la circulation sans entrave des biens et des capitaux et durcissent de l’autre les politiques entravant la libre circulation des personnes. Or, la mondialisation néolibérale a justement pour effet d’accentuer les inégalités entre les régions du monde et de renforcer ainsi les pressions migratoires.

Davantage d'informations
1 56 57 58 59 60 63

bursa evden eve nakliyat