Déclarations du CETIM à l’ONU

07/07/2020

En mars 2020, avant la crise du Covid-19, le CETIM a émis des déclarations dans le cadre de la 43ème session du Conseil des droits de l’Homme. En voici quelques extraits :

Mesures d’austérité et violations des droits humains en Équateur

De décembre 2017 à juin 2019, la pauvreté en Equateur a concerné 25,5% de la population nationale. L’extrême pauvreté, elle, a atteint 9,5 %. Les chiffres indiqués sont liés aux mesures économiques et sociales adoptées par le gouvernement de l’Équateur.

Lire la déclaration en entier

Projet révisé d’instrument juridiquement contraignant sur les STN

Le projet révisé d’instrument juridiquement contraignant sur les STN ne répond pas de façon efficace aux défis fondamentaux de la mondialisation et au contrôle recherché sur les activités des STN qui violent les droits humains. Parmi les problèmes posés, nous pouvons mentionner celui de l’extension du champ d’application à n’importe quel type d’entreprise. Une telle extension ne servira qu’à diluer, voire saper, le but initial du processus, en permettant aux personnes physiques et morales qui contrôlent les chaînes de valeur des STN d’échapper à la justice.

Lire la déclaration en entier

Droit à un logement convenable

Les expulsions forcées et la question de la sécurité d’occupation, autant dans les centres urbains qu’en zones rurales, continuent d’être parmi les grands obstacles à la réalisation du droit au logement.

En zone rurale, le droit au logement ne peut être dissocié du droit à la terre. C’est une question essentielle pour les paysans, autant pour pouvoir vivre dans la dignité avec leur famille que pouvoir produire des aliments.

Lire la déclaration en entier

Graves violations des droits humains au Chili

En octobre 2019, un mouvement de protestation massif a vu le jour au Chili pour protester contre le modèle néolibéral sauvage qui aggrave les inégalités sociales et ignore les processus collectifs démocratiques.

Dans son intervention lors de la 43ème session du Conseil des droits de l’homme, le CETIM a dénoncé les violations massives et systématiques des droits humains par les forces de l’ordre chiliennes, en exhortant le gouvernement à mettre fin aux exactions et en appelant le Conseil à activer ses mécanismes et procédures appropriées.

Lire la déclaration en entier en espagnol

Répression et persécution en Bolivie suite aux élections d’octobre 2019

En octobre 2019, les élections présidentielles se sont déroulées en Bolivie pour choisir le nouveau président du pays pour la période 2020-2025. Ces élections ont entraîné une rupture constitutionnelle et la prise de pouvoir par un gouvernement intérimaire, dirigé par la présidente autoproclamée Jeanine Añez, soutenu par les forces armées. Cette rupture a provoqué une situation de forte violence, de répression et de violations des droits humains ; les massacres qui ont eu lieu restent à l’heure actuelle impunis.

Lire la déclaration en entier en espagnol

 

Catégories Articles Bolivie Déclarations
Étiquettes