Droits économiques, sociaux et culturels

Programmes d’ajustement structurel

Le CETIM dénonce les déficiences des institutions de Bretton Woods en ce qui concerne les programmes d’ajustement structurel et leur efficacité, leur équité et leur bilan en matière des droits de l’homme. Le CETIM réaffirme que l’économique doit être au service du développement et non l’inverse. Dès lors, une refonte des institutions de Bretton Woods s’impose afin qu’elles respectent et fassent appliquer les droits économiques, sociaux et culturels, ainsi que les droits individuels et collectifs, en accord avec les décisions prises aux Nations Unies.

Davantage d'informations

Immigration et discrimination en Suisse et dans “le territoire Schengen”

La discrimination en Europe est camouflée sous des critères de “différences culturelles”. Les nouvelles politiques de “sécurité intérieure” en Suisse ou dans l’espace Schengen (exemple de quelques articles de loi) sont dangereuses, racistes et discriminatoires envers les étrangers. Elles se basent principalement sur le préjugé qui voit un lien entre immigration incontrôlée et criminalité/terrorisme. De plus, ces politiques sont contraires à la Convention de Genève sur le statut des réfugiés.

Davantage d'informations

Dette extérieure : légitimité et coresponsabilité

Se référant aux recommandations du Secrétaire général des Nations Unies, le CETIM demande à la Commission une analyse des responsabilités de chacun dans les dettes contractées par les pays du Sud. La question de la légitimité plus que discutable de certaines parties de ces dettes doit être avancée. Le CETIM présente quelques propositions pour empoigner avec détermination ce problème majeur pour la jouissance des droits économiques, sociaux et culturels des populations du Tiers-Monde.

Davantage d'informations

Quelles solutions pratiques à la dette du tiers-monde

La perpétuation de la dette du Tiers-Monde résulte d’une volonté politique délibérée. Techniquement, l’élimination de la dette actuelle du Tiers Monde ne poserait pas grand problème. Une fois les dettes illégitimes éliminées, resterait à mettre en place des solutions pour le remboursement, comme par exemple la taxe Tobin que le PNUD a judicieusement remis à l’ordre du jour dans son rapport mondial sur le développement humain de 1994.

Davantage d'informations
1 47 48 49 50