Événement parallèle: Bonnes pratiques, leçons apprises et défis dans la mise en œuvre de la Déclaration de l’ONU sur les droits des paysan.nes

27/06/2022

A l’occasion de la 50e session du Conseil des droits de l’homme, nous vous invitons à un événement parallèle

Bonnes pratiques, leçons apprises et défis dans la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales

Jeudi 30 juin 2022, de 18h30 à 20 heures.

L’événement parallèle sera hybride :
En personne : Villa Moynier, Académie de droit international humanitaire et de droits humains de Genève.
Rue de Lausanne 120B, 1202 Genève

Lien zoom : https://geneva-academy-ch.zoom.us/j/83997172217

  • Modération : S.E. Mme Maira Macdonal, Ambassadrice de l’État plurinational de Bolivie auprès de l’ONU à Genève
  • S.E. M. Marc Bichler, Ambassadeur du Grand-Duché de Luxembourg auprès de l’ONU à Genève
  • S.E. M. Mxolisi Nkosi, Ambassadeur de la Mission permanente de l’Afrique du Sud auprès de l’ONU à Genève
  • M. Michael Fakhri, Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation
  • Mme Morgan Ody, Coordinatrice générale de La Via Campesina
  • Mme Fatouma Seid, Directrice adjointe des Partenariats et de la Collaboration avec les Nations Unies (PSU), Division de la FAO
  • Mme Naéla Gabr, Experte du Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW)

En décembre 2018, après 6 ans de négociations et 17 ans de sensibilisation, de plaidoyer et de recherches à différents niveaux et avec différents pays, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP), qui codifie, dans le cadre du droit international des droits humains, en un instrument multilatéral, les droits des paysan.nes et des autres personnes travaillant dans les zones rurales.

L’adoption de l’UNDROP est un pas historique vers la promotion et la protection des droits humains des communautés paysannes et des autres personnes travaillant en milieu rural, car ces groupes vulnérables sont victimes de la pauvreté, de la faim, de la discrimination, de l’inégalité, du changement climatique, du manque de moyens de production et, dans de nombreux pays, des violations systématiques de leurs droits humains se poursuivent. Une situation absolument paradoxale, puisqu’il est largement reconnu que ces populations sont des acteurs clés de la lutte pour la protection de la biodiversité et de l’environnement, la réduction de la faim, le droit à une alimentation saine et nutritive et la souveraineté alimentaire, ainsi que la promotion du patrimoine culturel à travers des méthodes traditionnelles d’agriculture, de pêche, d’élevage et de sylviculture.

Après l’adoption de l’UNDROP, nous entrons maintenant dans la phase de mise en œuvre de cet instrument, tant au niveau local que national et international. Cette phase nécessite le développement d’un processus d’apprentissage, d’appropriation et de promotion basé sur la Déclaration. En d’autres termes, il est essentiel que la Déclaration prenne vie, que les paysan.nes s’approprient et s’identifient son contenu dans leur travail quotidien, que les États se l’approprient et promeuvent sa mise en œuvre à tous les niveaux, afin de protéger les droits fondamentaux des communautés paysannes.

Organisateurs : Mission permanente de l’État plurinational de Bolivie, Mission permanente de l’Afrique du Sud, Mission permanente du Grand-Duché de Luxembourg, Département fédéral suisse des affaires étrangères, La Via Campesina, CETIM, FIAN International, Académie des droits de l’homme et du droit international humanitaire de Genève, South Center, OHCHR. Avec le soutien de : Les Amis de l’UNDROP Suisse.

Traduction anglais et espagnol assurée.

Des salteñas boliviennes et des boissons seront proposées à la fin de l’événement.

Voir le flyer de l’événement en anglais

Catégories Agenda Articles Droits des paysans Droits humains
Étiquettes