Droit à la terre des peuples autochtones en Colombie

11/11/1998
Sous-Commission des droits de l'homme

Intervention au point 7 : les peuples autochtones et leur relation à la terre. Déclaration orale conjointe CETIM/WFDY.



Accéder à la déclaration en PDF

Monsieur le Président,

La reconnaissance et la protection des cultures autochtones ne peuvent se concevoir sans la reconnaissance du droit à la terre et la réappropriation par ces peuples de leurs bases matérielles et économiques. La culture de ces peuples s’est bâtie à partir de la relation sociale et économique enracinée dans leur rapport à la terre. Que ce soit sous différentes formes de propriété ou qu’il s’agisse de la manière de cultiver la terre et de s’en répartir les produits, ils ont construit des civilisations différentes et légitimes.

Dans le cadre de cette intervention le Centre Europe-Tiers Monde (CETIM) et la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique souhaitent mettre en évidence l’exploitation de la terre des peuples autochtones en s’appuyant sur une situation dont souffrent 81 peuples indigènes reconnus par l’Etat colombien. Malgré les progrès légaux établis par l’Assemblée constituante de 1991 concernant le respect de la pluriculturalité du pays, le processus de mondialisation imposé à travers le modèle néo-liberal met en danger la vie et la culture propre de ces peuples, en tentant aujourd’hui de restreindre les droits à la terre pour donner priorité aux intérêts des grandes sociétés transnationales. Celles-ci font pression sur le gouvernement colombien dans le but d’exploiter non seulement les ressources pétrolières, minières et autres, mais aussi de construire d’une part des voies d’accès pour le commerce international, et d’autre part de grands barrages qui sont sur le point de causer des dégâts irréversibles aux territoires, aux cultures et à la vie elle-même des peuples indigènes de Colombie.

La préoccupation actuelle est le “Nouveau Code des Mines” qui est sur le point d’être adopté. Il est perçu par les peuples indigènes comme un nouveau facteur de violence dans le pays, étant donné qu’il remettrait en question les droits territoriaux reconnus aux communautés, ceci étant contraire aux termes stipulés dans la Convention 169 de l’OIT, ratifiée par la loi 21 de 1991.

Le cas de l?exploitation de l’or sur le fleuve Saldaña dans le département du Tolima, démontre la fragilité des communautés en cas d’adoption de ce nouveau code, En effet, près de 100 communautés des peuples Coyaïma et Natagaïma vivant entre Ataco, Coyaima et Ortega risquent d’être anéanties par l’exploitation de l’or qu’une société transnationale canadienne veut effectuer le long du fleuve. Ces communautés se sont organisées et mobilisées afin de repousser la mise en oeuvre de ce projet canadien; elles y sont parvenues mais l’adoption du “Nouveau Code des Mines” donnera la possibilité à la société transnationale canadienne de reprendre ses négociations d’exploitation. Les pressions de ces intérêts, conjugués avec celles de différents acteurs armés visent à la destruction des communautés indigènes. Cela ne fait qu’augmenter la violence contre ces peuples et leurs défenseurs civils, entraînant des menaces et des assassinats de dirigeants indigènes ainsi que de défenseurs des droits de l’homme.

Alors qu’on élude le développement des processus consultatifs relatifs aux projets des sociétés transnationales avec les communautés concernées, on restreint, en parallèle, les ressources financières allouées à l’Institut de la Réforme Agraire (INCORA) destinés à améliorer la situation des communautés indigènes du pays.

Par ailleurs, la prospection pétrolière menace la survie de nombreux peuples indigènes. A titre d’exemple, dans les départements de Boyaca et d’Arauca, la compagnie Occidental Petroleum cherche à imposer l’exploitation pétrolière dans la zone dite “Bloc Samoré” où habitent 5’000 représentants du peuple U’Was qui considèrent que la mise en oeuvre du projet de cette société transnationale pompe le sang de la Terre-Mère. Dans le département du Putumayo, les intérêts pétroliers ont entraîné le vol de 80% du territoire des représentants du peuple Kofan.

En ce qui concerne l’exploitation du charbon, citons le cas des mines du Cerrejon-zone centrale: 15 familles indigènes ont été déplacées de force de leur terres ancestrales contenant des sites sacrés comme leur cimetière traditionnel. Depuis 1995, les promesses des compagnies minières restent lettre morte; en effet, jusqu’à ce jour, ces familles n’ont même pas été relogées, et une partie d?entre elles se trouve en situation migrante au Vénézuela.

Relevons également que des projets de barrages destructeurs, affectant de nombreuses minorités ethniques, sont en cours de réalisation dans tout le pays. Dans le département de Cordoba, près de 1’000 représentants du peuple Embera Katio, vivant dans le bassin du Haut Sinu et du Rio Verde, sont victimes du barrage “Urra Uno”. Celui-ci a déjà épuisé les ressources de la pêche, asséché et contaminé le cours inférieur du fleuve Sinu. Quant au projet de construction du barrage “Urra Dos”, promu par une société transnationale suédoise, il risque de mettre en péril le territoire ancestral de ce peuple en inondant près de 70’000 hectares. Citons également que près de 2’000 représentants du peuple Embera du Haut Baudo dans le Cauca et que près 3’000 représentants du peuple Cubeo installés sur le versant amazonien dans le département du Vaupes sont victimes des conséquences dramatiques qui découlent de la construction de barrages, macro-projets de sociétés transnationales.

En ce qui concerne les grands projets de voies de communication transnationales, non seulement ils traversent des territoires indigènes dont les populations sont évacuées de force, mais aussi ils anéantissent des écosystèmes reconnus comme réserves mondiales de biodiversité. Citons le cas du ?Canal Seco d’El Atracto” qui prévoit de relier Maracaibo au Vénézuela avec Uraba situé à la frontière panaméenne, citons également le cas du projet du “Canal Interocéanique” alternative au canal de Panama, reliant la côte atlantique à la côte pacifique sur le territoire colombien limitrophe du Panama, citons enfin l’intercommunication fluviale entre le bassin amazonien à la côte pacifique (Tumaco) ainsi que de celle du bassin de l’Orénoque au port de Buenaventura ,également sur la côte pacifique. Ces méga-projets engendrent des situations graves de violations des droits humains, étant donné que des groupes paramilitaires délogent de force les habitants de ces lieux, comme ce fut le cas dans la région du Chaparral (département de Tolima) d’où furent expulsées de force 300 familles paysannes et indigènes qui se trouvent toujours à ce jour en situation précaire dans la ville d’Ibagué.

Monsieur le Président,

Au nom de l’Organisation indigène macrorégionale de la côte atlantique de Colombie, le Centre Europe-Tiers Monde (CETIM) et la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique demandent que les membres de la Sous-Commission interviennent auprès du gouvernement colombien pour qu’il mette en oeuvre les 4 recommandations suivantes:

1) Reconnaître l’autonomie des territoires indigènes et assurer que celle-ci soit respectée par les sociétés transnationales, par l’armée et par l’ensemble des groupes armés;

2) Annuler le projet de “Code des Mines” élaboré par le gouvernement antérieur;

3) Appliquer la procédure de consultation pour tout projet susceptible d’atteindre l’intégrité de ces peuples;

4) Etablir un processus de consultation préalable avec les véritables autorités indigènes en accord avec les termes stipulés dans la Convention 169 de l’OIT.

Monsieur le Président

En ce qui concerne la relation des peuples autochtones à la terre, le Centre Europe-Tiers Monde (CETIM) et la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique voudraient apporter quelques éléments de réflexion. La question de la terre telle qu’elle se pose aujourd’hui sur le plan mondial, provient de l’héritage de la colonisation, puis de l’expansion du système économique occidental. Au travers d’un processus qui a produit la domination économique de la part des pays industrialisés, il s’en est suivi 1’expulsion ou la soumission des paysans -des populations autochtones en particulier-, suivant la logique de la commercialisation et du profit immédiat. La satisfaction des besoins humains et de la nature a été non seulement négligé mais pour la plupart du temps ignoré.

Dans les pays du centre, en Europe, au cours de plusieurs décennies, les personnes expulsées des campagnes ont été absorbées par le développement des industries, du commerce et des services, mais aussi par une émigration massive vers d’autres continents. Ceci n’a pas été possible pour d’autres civilisations. Le (mal)-développement des pays de la périphérie ne s’est pas produit selon la même logique. En effet, en l’absence de développement industriel propre aux pays du Sud, l’appropriation des terres ne s’est pas faite pour un développement propre aux peuples autochtones et aux des pays du Sud.

De nos jours, les politiques d’intervention dans la gestion de l’économie et des ressources nationales des pays du Sud par l’utilisation du chantage de la dette extérieure effectué par les institutions financières internationales, ont des conséquences catastrophiques pour les économies des pays du Sud. Elles sont plus particulièrement néfastes pour les populations autochtones et pour l’ensemble des paysans. En effet, les politiques d’ajustement structurels (PAS) imposées par ces institutions provoquent l’expulsion d?énormes populations des campagnes vers les villes où elles s’entassent dans des bidonvilles et viennent grossir le nombre de celles qui sont réduites à une activité économique que l’on nomme informelle, qui, bien souvent représente une forme nouvelle d’exploitation et de misère.

Monsieur le Président,

Le Centre Europe-Tiers Monde (CETIM) et la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique tiennent à souligner que des regroupements divers d’organisations autochtones et de paysans pauvres se constituent, revendiquent et luttent pour des solutions alternatives à la situation dont ils pâtissent. Ces regroupements se créent également sur le plan régional qui réunissent plusieurs pays. Ils entendent proposer et instaurer des politiques différentes de celles des Etats qui, sous l’égide des gouvernements occidentaux, des institutions économiques telles que l’OMC, le FMI et la Banque Mondiale ainsi que des sociétés transnationales, se soumettent à des regroupements économiques tels que l’ALENA ou à des marchés communs qui donnent aussi la priorité aux politiques néo-libérales.

Affirmer et revendiquer les droits des peuples autochtones à la terre qui leur appartenait, c’est aussi, au-delà de la réaffirmation de leur droit à la permanence et à l’évolution de leurs cultures, réaffirmer leur droit à l’autodétermination en matière économique et le droit de propriété sur le sol, sur le produit du sol et sur la préservation de celui-ci.

Soutenir, se solidariser avec les peuples autochtones c’est aussi se solidariser avec leurs organisations qui se constituent et luttent, telle l’Organisation indigène macrorégionale de la côte atlantique de Colombie dont nous avons présenté leur situation et leurs revendications au sein de cette intervention conjointe. Relevons que nous l’avions notamment déjà fait pour les mouvements des Sans Terre du Brésil et de la Coordination Latino-américaine des Organisations Paysannes. Nous ne manquerons pas de maintenir ce lien de solidarité avec de nombreuses autres organisations avec qui nous sommes en contact, qui non seulement se constituent de par le monde mais aussi et surtout qui redonnent espoir par la recherche d’alternatives, en croyant en un monde plus juste et plus vivable.

Monsieur le Président, je vous remercie de votre attention.


Catégories Cas Déclarations Droits des paysans Droits humains
Étiquettes