Justice environnementale

Violations des droits humains et accès à la justice pour les victimes de Chevron en Équateur

En 26 ans d’exploitation pétrolière en Amazonie équatorienne, Chevron (anciennement Texaco) a souillé plus de 450’000 hectares d’une des zones de la planète les plus riches en biodiversité, détruisant les conditions de vie et de subsistance de ses habitants. Après 21 ans de litige et malgré une condamnation de la justice équatorienne, l’impunité continue pour Chevron et les victimes de ses activités en Équateur attendent toujours justice et réparation.

Continue reading

Les transferts transfrontaliers de déchets toxiques et leur impact sur les droits humains

Accéder au cahier critique en PDF Présentation Suite aux scandales des années 1986-1987, relatifs aux déversements de déchets toxiques dans les pays africains et les conséquences dramatiques sur la santé et l’environnement des populations, les gouvernements africains, sous la bannière de l’Union africaine , condamnent unilatéralement ce commerce en le qualifiant de « crime contre l’Afrique […]

Continue reading

Situation des autochtones au Mexique et critique du «Plan Puebla-Panama»

L’arrivée de Vicente Fox au pouvoir au Mexique en décembre 2000 n’a pas entraîné les changements tant attendus quant à la reconnaissance des droits et de la culture des peuples indigènes. Le bilan, après seize mois à la tête du pays, est très négatif puisque le Congrès a adopté, en avril 2001, une réforme qui renie totalement les droits des indigènes. Parallèlement au débat sur cette réforme, le Président mexicain, de concert avec les Présidents des Etats d’Amérique centrale, a mis en œuvre un vaste plan de développement (Plan Puebla-Panama) qui affectera durement les indigènes et leur milieu de vie.

Continue reading

Violations des droits humains au Brésil

Le modèle économique adopté par le Brésil, totalement subordonné au capital financier international, accentue la pauvreté et la concentration des richesses. Dans le monde rural, l’application d’une véritable réforme agraire est la seule solution qui permettrait de remédier à la misère généralisée que vivent les paysans. Le programme mis en place à partir de 1997 sous l’intitulé de ” Cédule de la terre “, appuyé par la BM, ne résoudra pas ce problème. Il va même à l’encontre des intérêts des petits paysans en violant impunément leurs droits et en ne répondant pas aux problématiques locales (présentation du cas de l’Etat du Paraná). Présentation de la pétition internationale ” La terre est beaucoup plus qu’une marchandise ” qui dénonce la stagnation du processus de réforme agraire dans le monde, tout comme la nature des procédures engagées dans la majorité des pays du Sud où ce processus est officiellement mis en œuvre.

Continue reading

Utilisation de l’uranium appauvri

Sensibilisé depuis longtemps au sort réservé au peuple irakien sous embargo, le CETIM a organisé en collaboration avec de nombreuses ONG la Conférence : ” Irak : Embargo + Uranium = Génocide ” le 17 et 18 mars dernier à Genève. Il s’agissait de dénoncer non seulement les mesures unilatérales prises contre ce pays et sa population, mais aussi de soulever le problème de l’utilisation par les forces alliées d’armes technologiques nouvelles contenant de l’uranium appauvri très nocif et dangereux pour la santé.

Continue reading

L’Ouragan Mitch: au-delà de la catastrophe naturelle

Cette intervention a pour but de montrer, d’une part, la responsabilité politique des gouvernements dans les effets catastrophiques de l’ouragan Mitch en Amérique Centrale (par des politiques d’exclusion et de déplacements des petits paysans vers des zones à grands risques climatiques). D’autre part, les politiques du FMI et de la Banque Mondiale doivent être mises en cause dans l’ampleur de la catastrophe, de même que le comportement des sociétés transnationales. La dernière partie de l’intervention a été consacrée à la reconstruction nationale : aujourd’hui, la question urgente est celle de la distribution démocratique de l’aide internationale et de son utilisation à bon escient.

Continue reading

La contamination des bases militaires occupées par les Etats-Unis au Panama

Alors que le Canal de Panama doit être restitué à l’Etat du Panama en décembre de l’an 2000 selon les termes du traité de Torrijos-Carter de 1977, le problème de la «contamination» causée par les activités des bases militaires des Etats-Unis -notamment des munitions non désamorcées enterrées sur place- représente un sérieux obstacle aux droits du peuple panaméen. Le CETIM demande qu’une inspection soit effectuée par des autorités internationales incluant le rapporteur spécial sur les conséquences néfastes des mouvements et déversements illicites des produits et déchets toxiques.

Continue reading

Situation des peuples autochtones en Colombie

Le Centre Europe – Tiers Monde (CETIM) tient à attirer l’attention de la Sous-commission sur la situation critique et urgente du peuple Embera-Katio et des pêcheurs de la région du fleuve Sinu, actuellement menacés par le remplissage imminent du barrage URRA 1. La mise en eau de ce barrage est en passe de détruire toute la dynamique socio-économique et culturelle ainsi que l’équilibre environnemental dans le bassin du Sinu, un système fluvial d’une richesse culturelle et biologique incomparable, se déversant sur la côte caraïbe de la Colombie. L’influence des sociétés transnationales dans ce projet est particulièrement préoccupante.

Continue reading

Droit à la terre des peuples autochtones en Colombie

La reconnaissance et la protection des cultures autochtones ne peuvent se concevoir sans la reconnaissance du droit à la terre et à la réappropriation par ces peuples de leurs bases matérielles et économiques. Dans le cas de la Colombie, le processus de mondialisation imposé à travers le modèle néolibéral met en danger la vie et la culture propre de ces peuples en restreignant leur droit à la terre pour donner priorité aux intérêts économiques, particulièrement ceux des sociétés transnationales. Le CETIM demande que soit respecté le droit à la terre et que des solutions alternatives puissent voir le jour, à l’initiative des groupements indigènes.

Continue reading