Accès à la justice

Le CETIM défend des victimes de violations de droits humains dans les pays du Sud. Il soutient leurs représentants pour accéder aux mécanismes de protection de l’ONU et obtenir leur intervention le cas échéant.

Différents mécanismes peuvent être activés à l’ONU pour obtenir des améliorations concrètes sur le terrain, en particulier le Conseil des droits de l’homme, les Rapporteurs spéciaux des Nations Unies et les comités chargés de surveiller la mise en œuvre des différents traités de droits humains.

Le CETIM travaille principalement avec des organisations paysannes, des syndicats et des organisations représentants des victimes ou des communautés affectées par les opérations de sociétés transnationales (STN), en Colombie, en Équateur, au Guatemala, à Madagascar, au Nigeria, aux Philippines et au Salvador, notamment.

 

Le bulletin n°49

Dans ce nouveau bulletin d’information du CETIM vous trouverez un article qui relate les récentes initiatives prises en septembre à l’ONU pour combattre les “fonds vautours” ainsi qu’un article qui revient sur la venue à Genève en novembre de dirigeants de La Vía Campesina pour soutenir la Déclaration sur les droits des paysans lors de […]

Davantage d'informations

La criminalisation des semences ancestrales dans le cadre d’un accord de libre-échange avec les Etats-Unis porte atteinte au droit à la vie et au droit à l’alimentation en Colombie

Monsieur le Président, Depuis 19 août dernier, le monde rural colombien se mobilise devant la tentative du gouvernement d’imposer par la force les accords de libre-échange signés, en particulier, avec les Etats-Unis. Les réserves de semences paysannes traditionnelles ont été la cible de destruction orchestrées par l’Instituto Colombiano Agropecuario (ICA), qui, pour préparer le terrain […]

Davantage d'informations
1 2 3 10