Accès à la justice pour les paysan·nes

Le CETIM défend des victimes de violations de droits humains dans les pays du Sud. Il soutient leurs représentant·es pour accéder aux mécanismes de protection de l’ONU et obtenir leur intervention le cas échéant.

Différents mécanismes peuvent être activés à l’ONU pour obtenir des améliorations concrètes sur le terrain, en particulier le Conseil des droits de l’homme, les Rapporteurs spéciaux des Nations Unies et les comités chargés de surveiller la mise en œuvre des différents traités de droits humains.

Le CETIM travaille principalement avec des organisations paysannes, dont La Via Campesina, des syndicats, des organisations et des représentant·es de communautés paysannes victimes de violations de droits humains.

 

Violation des droits du peuple kurde

Le CETIM dénonce les violations répétées des droits de l’homme en Turquie dans le cadre du conflit entre l’Etat et la guérilla kurde. Plus de 2000 villages kurdes ont été évacués de forces par l’armée et 3 millions de paysans ont été déportés. Le CETIM présente différents chiffres et faits marquants sur les conditions du droit d’expression et d’opinion du peuple kurde en Turquie.

Davantage d'informations

Encerclements et déportations de villages au Kurdistan de Turquie (1990-1993)

La Turquie essaie de créer des zones tampons en déportant massivement les villages kurdes qui résistent à l’oppression. Ce sont d’abord des villages proches des frontières qui ont été vidés de leurs habitants, mais depuis la Guerre du Golfe, une déportation massive est mise en place par le gouvernement d’Ankara (liste de villages déportés). Le CETIM demande la nomination d’un Rapporteur spécial chargé de la question des déportations de villages kurdes en Turquie.

Davantage d'informations
1 8 9 10