Accès à la justice

Le CETIM défend des victimes de violations de droits humains dans les pays du Sud. Il soutient leurs représentants pour accéder aux mécanismes de protection de l’ONU et obtenir leur intervention le cas échéant.

Différents mécanismes peuvent être activés à l’ONU pour obtenir des améliorations concrètes sur le terrain, en particulier le Conseil des droits de l’homme, les Rapporteurs spéciaux des Nations Unies et les comités chargés de surveiller la mise en œuvre des différents traités de droits humains.

Le CETIM travaille principalement avec des organisations paysannes, des syndicats et des organisations représentants des victimes ou des communautés affectées par les opérations de sociétés transnationales (STN), en Colombie, en Équateur, au Guatemala, à Madagascar, au Nigeria, aux Philippines et au Salvador, notamment.

 

Chevron doit assumer ses responsabilités

Paru dans la Tribune de Genève le Mercredi 17 juin 2015 Lier l’article en pdf ici CHEVRON DOIT ASSUMER SES RESPONSABILITÉS Pollution I Depuis plus de vingt ans, les populations de l’Amazonie équatorienne se battent pour obtenir des réparations. Gustavo Kuhn

Davantage d'informations

Conférence parallèle “Chevron vs le peuple d’Équateur”, Mardi 16 Juin 2015,16:30-18:00, Palais des nations, Salle XXIII

A l’occasion de la 29ème session du Conseil des droits de l’homme, le Centre Europe-Tiers Monde (CETIM) a le plaisir de vous inviter à la conférence parallèle suivante: CHEVRON vs LE PEUPLE D’ÉQUATEUR Comment une grande société transnationale tente de criminaliser ses victimes et réduire au silence ses défenseurs Mardi 16 juin 2015, 16:30-18:00, Palais […]

Davantage d'informations

Les actions de Chevron limitent la liberté d’expression des victimes, académiciens, étudiants et activistes

En 26 ans d’exploitation pétrolière en Amazonie équatorienne, Chevron (anciennement Texaco) a souillé plus de 450’000 hectares d’une des zones de la planète les plus riches en biodiversité, détruisant les conditions de vie et de subsistance de ses habitants. Après 21 ans de litige et malgré une condamnation de la justice équatorienne, l’impunité continue pour Chevron et les victimes de ses activités en Équateur attendent toujours justice et réparation. De son côté, Chevron a rejeté sa responsabilité et n’a eu de cesse de consacrer d’énormes efforts et ressources pour ignorer la sentence, persécuter les victimes et faire taire leurs défenseurs.

Davantage d'informations
1 2 3 4 12
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn